Vertébrales

mars 31, 2011 § 3 Commentaires

C’est, entre autres, un extrait d’un texte édité par Cousu Main qui a été choisi par Martin Rass et l’association culturelle de la faculté des lettres et des langues de Poitiers afin de figurer sur des cartes postales faites à l’occasion de la manifestation Campus Festival. C’est un extrait de cet ouvrage paru en 2009, VERTÉBRALES d’Ophélie Jaësan.

L’arbre a trouvé son espace à habiter,
les branches dirigées vers le ciel
et les racines enfouies profondément dans la terre.
Il a l’évidence d’être là.

Un pont vertical.

L’homme, lui cherche encore cet espace.


Un extrait supplémentaire pour les lecteurs du blog :

Ecrire dans l’interface douloureuse
d’un temps
suspendu à l’immobilité du corps comme
un linge mouillé à la peau.

Solitude de celui qui écrit
sans bruit au coeur même du fracas
des vies qu’il décrit et qui soudain se brisent.

***

Je découds le fil de plomb que me  suis collé au sang.

 

La vie des mots d’un poète est bien plus longue que le temps de l’euphorie de la sortie du recueil. Des lecteurs bienveillants et attentifs sont là pour nous le rappeler et c’est bien.

Les photos de l’ouvrage paru chez Cousu Main sont de l’auteure, Ophélie Jaêsan, celle de la carte postale est de Yvain Michaud.

Publicités

Bilan ?

janvier 22, 2010 § 5 Commentaires

JC Bourdais, sur son blog, a repris l’écriture après un mois de silence avec un article intitulé Je ne veux pas que 2010 soit comme 2009 . Nous serions peut-être nombreux à dire la même chose. D’autres pourraient, au contraire, espérer que 2010 soit au moins aussi bien que 2009. Pour savoir ce que l’on peut se souhaiter pour la nouvelle année à peine entamée, il paraît nécessaire de dresser le bilan de 2009 comme l’a fait JCB. En ce qui me concerne, j’ai hésité à me lancer dans l’aventure par peur de constater que j’ai passé 365 jours à procrastiner.

Pour me lancer dans l’exercice du bilan 2009, je vais d’abord m’aider de la grille de JCB.
Évidemment, je ne peux pas commencer comme il l’a fait, lui qui rêve d’aller dans un sous-marin ou monter dans une montgolfière et regrettant une fois de plus de ne pas avoir vécu l’aventure. Moi, ce n’est pas du tout mon truc, mais alors pas du tout. Il n’a pas gagné au loto ? Moi, je n’y joue jamais , donc ne peux pas gagner (car suivant le slogan 100% des gagnants ont tenté leur chance). D’autre part ce dont je ne peux que me féliciter, c’est que contrairement à lui, je ne suis allée à aucun enterrement.
Et puis ça diverge… Il n’a pas aimé Les Onze de Pierre Michon.
Moi, j’ai beaucoup aimé , même si je reconnais m’y être reprise à trois fois avant d’entrer vraiment dans le livre, comme si j’avais ripé sur les premières pages.

Certaines personnes, sur leurs blogs s’amusent à faire les listes des livres lus, films vus etc. pour dresser ce bilan. Pour moi, c’est un exercice impossible car je suis trop désordonnée, lis en vrac, aime ou n’aime pas, en vrac toujours. cimg15991De même pour les films. Il y a les auteurs, les réalisateurs, les mêmes qui m’apportent régulièrement le plaisir de découvrir leur dernier chef d’oeuvre. Rohmer ne le fera plus, les DVD sont là. Agnès Varda, quant à elle, m’a promenée dans ses expositions (1, 2).

Deux livres ont été édités par COUSU MAIN, l’occasion de deux rencontres à mettre dans la colonne des chances inouïes de l’année 2009.
1°) VERTÉBRALES d’Ophélie Jaësan.
2°) Le Lion des Abruzzes d’Angèle Paoli.
Des rencontres avec des mots, des femmes, des amitiés…

Les voyages de l’année 2009 ? Aurillac, Bécon-les-Bruyères, Saint Bonnet de Chirac… Que de l’exotique !

En 2009, je suis devenue prof. Je ne sais toujours pas ce que j’enseigne, mais j’enseigne. Étonnant, non ?

Et puis, il y a eu la vie qui est parfois un fleuve qui sort de son lit. En 2010, on annonce une décrue, paraît-il.

Ophélie Jaësan

décembre 19, 2009 § Poster un commentaire

Sur le site de FR3, un bel article sur le dernier livre d’Ophélie Jaësan paru chez Actes Sud, Iceberg Memories. Comme elle est aussi, une auteure Cousu Main, avec son très beau Vertébrales, je reproduis l’article ici.« 

Iceberg memories » : l’Argentine en mémoire
Par Anne BRIGAUDEAU

Bouleversant roman que cet « Iceberg memories », oeuvre coup de poing, tout juste parue chez Actes Sud
Quatre voix de femmes (Mona, ses deux filles Lisa et Katia, et sa soeur Luisa) racontent une histoire et une seule, celle d’une disparition.

Ce drame imaginaire s’inscrit dans la terrible lignée des vies brisées par la dictature des généraux en Argentine (1976-1983).
Mais il est aussi l’histoire singulière de deux soeurs, d’un exil et d’un départ sans retour.

Pourquoi la dictature argentine, plutôt qu’une autre ?
Comment Ophélie Jaësan, 31 ans, a-t-elle commencé à écrire ? Lorsqu’elle vivait dans le sud de la France, plus jeune, elle avait envoyé à Hubert Nyssen ses premiers poèmes. Et le fondateur d’Actes Sud l’a poussée à écrire un roman. « Je ne suis pas romancière », lui avait-elle dit. « Mais si », avait-il répondu. Il avait raison.

L’auteure ne s’est jamais rendue en Argentine, sujet de son second roman. Mais elle a avalé une « somme astronomique » de lectures, récits, archives du « Monde », sans compter les oeuvres des plus grands écrivains de ce pays d’Amérique latine: Jose Luis Borges, bien sûr, mais aussi l’immense poète Roberto Juarroz (« Les noms qui peuplent notre vie nous consolent peut-être de ce qui manque au centre exact de toute chose », « Poésie verticale »).

Pourquoi a-t-elle choisi d’écrire sur cette terre si lointaine, et sur cette dictature-là ? « Parce que », nous-a-t-elle répondu, « plus encore qu’au Paraguay ou en Uruguay », également confrontés à des régimes sanglants, « il y a eu non seulement la volonté de tuer les opposants, mais de faire disparaître leurs traces » : »ils commençaient par les dépouiller de leur nom. C’était la mort sociale avant la mort physique. »

Où passe la haine ?
Des disparitions qui continuent, longtemps après, à questionner les vivants. « Comment les morts nous hantent-ils ? », se demande la romancière. « Et où passe la haine ? Où est passée la haine de la seconde guerre mondiale, la haine qui animait les dictatures ? Elle continue, ailleurs. » Et la romancière de rappeler, comme dans son livre, que les méthodes cheminent de pays en pays. Il y a une internationale de la torture, et de la répression, une sombre chaîne dont la France n’est pas absente. Se souvient-on que les généraux argentins s’inspiraient des méthodes de l’armée française en Algérie, quand ils balançaient dans la mer les cadavres des opposants ?

Dans sa ville de Nantes, Ophélie Jaësan qui se consacre exclusivement à l’écriture et à ses deux filles, de 7 ans et 16 mois, s’attelle désormais à son troisième roman. D’avance, on a envie de le recommander tant on a été séduit par celui-ci, bref comme une nouvelle, violent comme une tragédie.

-> « Iceberg memories » Ophélie Jaësan (Actes sud)

Écouter Ophélie Jaësan… et la lire aussi.

décembre 3, 2009 § 1 commentaire

Pour ceux qui n’auraient pas pu écouter, aujourd’hui, À PLUS D’UN TITRE avec Ophélie Jaësan, vous pouvez vous rattraper en cliquant ICI.
Un petit rappel, Vertébrales d’Ophélie Jaësan est en vente par correspondance :VERTÉBRALES d’Ophélie Jaësan
12 pages
ISBN : 2-9523435-9-4
6€ franco de port.
Chèque à l’ordre de Cousu Main à envoyer à l’adresse suivante :
11 rue des trois faucons 84000 Avignon

Question de patienter en attendant une très prochaine parution…

Ophélie Jaësan sur France Culture

novembre 26, 2009 § 4 Commentaires

Nous sommes très fiers des auteurs « maison » et les suivons dans leur vie littéraire avec enthousiasme. Ophélie Jaësan dont nous avions édité de la poésie (VERTÉBRALES) vient de sortir un roman chez Actes Sud (le second), Iceberg Memories..
Elle participera, le jeudi 3 décembre à l’émission sur France-Culture : A plus d’un titre, avec Tewfik Hakem.

Invitations

mai 25, 2009 § 4 Commentaires

Voici une invitation à venir nous rencontrer invitationprefecture
et une invitation à lire ce bel article sur Vertébrales d’Ophélie Jaësan, ici

Nyons, ville de la luxure…

mai 18, 2009 § 2 Commentaires

J’imagine d’ici que les lecteurs débarquant sur le blog et découvrant que Nyons, ville protestante de la Drôme provençale, s’adonne à la luxure, puissent avoir un instant de surprise. Et bien, c’est vrai. Le 21, 22 et 23 mai prochain, Nyons se vautre dans la luxure puisque ce sera le thème de la manifestation Lire en Mai !
En effet, depuis des années, il y est coutume d’énumérer les péchés capitaux comme thème des journées autour du livre qui se déroulent régulièrement autour de l’Ascension. Après la colère, la gourmandise, la paresse, l’orgueil, voici que l’on sombre dans la luxure !Affiche_Lire_en_Mai_2009
Si j’en parle c’est parce que comme les autres années, j’y serai pour Cousu Main. Première grande sortie pour Vertébrales ! Consultez le programme, ici.

Où suis-je ?

Entrées taguées Vertébrales sur Cousu main.