Avignon, l’avant-festival (ou quand le off s’affiche)

juillet 2, 2009 § 1 commentaire

L’affichage pour le Off, à quelque jour de l’ouverture du Festival, bat son plein. Plus ou moins bien organisés (plus ou moins professionnels, pourrait-on dire ?), des jeunes personnes installent les affiches. Toutes les parcelles sont bonnes à prendre, gouttières, panneaux de signalisation, grilles. Certains proposent des espaces : CIMG1701

Publicités

Un pas de plus avec Rachid Ouramdane

mars 17, 2009 § Poster un commentaire

cimg1574 Avec les jours qui rallongent, les bourgeons qui éclatent et les merles moqueurs, le prochain Festival d’Avignon (le 63ème) se précise. Hier avait lieu une rencontre avec le chorégraphe Rachid Ouramdane (sur la photo assis avec Vincent Baudriller micro à la main). Voici ce qui était écrit sur le petit papier de présentation de l’artiste :

Rachid Ouramdane pratique la rencontre, filme les visages, recueille les paroles, les témoignages, puis les transforme en gestes, en pas, en images, en sons qu’il monte ensemble de façon subtile, impressionnante et fragile.

Ce sont des extraits de ces témoignages qu’il a présenté hier soir. D’abord, il y eut ce Kurde exilé en France à la suite du génocide perpétré contre cette population par Saddam Hussein. Puis, ce jeune Rwandais qui raconte l’indicible à travers la vision de l’enfant qu’il était alors :cimg1573
Bon, n’oublions pas que Rachid Ouramdane n’est ni historien, ni journaliste mais chorégraphe. Que va-t-il faire de cette matière ? Pour le spectacle « Des témoins ordinaires » qui sera présenté cet été à la Chartreuse, il y aura cinq acteurs-danseurs. Quatre d’entre eux sont des personnes aux articulations hyperlaxes, dont le corps se transforme, se déstructure pour perdre toute attitude humaine et devenir des monstres. La cinquième personne est une danseuse qui tourne, tourne comme un derviche. Les vidéos ? Elles seront projetées sur des sortes de murs immatériels, des écrans de fumées peut-être ?
Rachid Ouramdane bâtit une oeuvre à partir de l’Histoire de notre monde, l’Histoire récente puisqu’elle ne repose que sur des témoignages. La colonisation, la torture, l’exil sont autant de thèmes qu’il aborde.

Pour les curieux, pour les impatients, le pré-programme sera sur le site du Festival dès le 19 mars.

Le livre d’or de Jan

février 17, 2009 § 2 Commentaires

Hier soir, je suis allée à la rencontre organisée par Le Festival d’Avignon, l’occasion de présenter un des invités de la 63é édition, Hubert Colas. Il est l’auteur et metteur en scène d’une pièce qui s’appelle « Le livre d’or de Jan » et qui se jouera au Cloître des Carmes. il s’agit d’une multiplicité de points de vues, ceux des amis d’un artiste disparu, des paroles périphériques qui dessineront le personnage, raconteront des bribes de sa personnalité, façonneront son caractère.
Il a présenté, hier soir, accompagné de quatre de ses acteurs, des échantillons du travail qu’il a entrepris avec eux, qui se veut être une esquisse de l’Homme du XXIe siècle. Lectures et vidéos des répétitions, improvisations se déroulent au Centre Montévidéo à Marseille.
Puis, quelques vidéos de Bas Jan Ader, ont été projetées. Le prénom de Jan lui a été inspirée par cet artiste. Ce qui l’intéresse dans cette démarche c’est le moment où l’on tient, et le moment où l’on tombe… La ressemblance avec le personnage s’arrête là. Il sera à nous, spectateur, de découvrir cet été Jan dont le livre d’or sera ouvert.
Pour info : le programme sera sur le site vers le 18-20 mars.
Un autre regard sur la pièce ici.

Où suis-je ?

Entrées taguées festival d’Avignon sur Cousu main.