On en parle…

février 22, 2011 § 2 Commentaires

Un bel article sur Le Noir Dedans de Thomas Vinau dans le numéro de mars 2011 de Rock & Folk
L’article :

Loin des préoccupation de Peter Doherty la poésie de Thomas Vinau n’a pas besoin de top model vedette ou de gros titres scandaleux pour démonter son existence et l’urgente nécessité pour nous, pauvres lecteurs, d’y voir, d’y lire, en ces temps obscurs, la lumière intacte d’une belle âme dont la simplicité éclatante et l’absolue tendresse illuminent nos petites vies très quotidiennes. Rêveur du val, Vinau brille par son art subtil de la poésie économe, chantant avec frugalité et parfaite émotion, un monde où les oiseaux nous savent , où la pluie nous rince du pire et où l’enchantement naît, comme parfois pour de plus métaphoriques tempêtes, des colères du Ciel. Sobre jusqu’à l’haïku, vibrant et émouvant, sage et passionné, Vinau réussit à chaque fois son pari magnifique de nous bouleverser et de faire entrevoir, comme embrasés par sa lanterne magique, la poésie et le rêve jusque-là invisibles de notre morne condition de « perdant échoués chaque jour sur le bas coté de leurs rêves » et rappelle ainsi que, semble-t-il, au pied du Luberon ou ailleurs, la beauté est toujours là, prête à nous étourdir.

Autre actualité, la poète Angèle Paoli sera à Paris la semaine prochaine pour un séminaire de poésie contemporaine.

Le programme :

lundi 28 février, Paris, Angèle Paoli, Sylvie Saliceti, Dany Moreuil
Poésie en compagnie I : veillée à 19h30, librairie Les Lettres du temps, Paris (réservation conseillée)
présentation des livres des éditions Cousu Main, Éclats d’Encre, Flammes vives, L’Arbre à Paroles, La Bruyère, Le Nouvel Athanor, Les Aresquiers,les éditions du Petit pois
lectures &
Librairie Les Lettres du temps – 19 rue de Campo-Formio – 75013 Paris – T 01 53 82 20 44

mardi 1er mars, Paris, Sylvie Saliceti, Dany Moreuil, Angèle Paoli
Poésie en compagnie II : veillée à 19h30, Salon de musique, Paris(réservation conseillée) – voir ci-dessus
Salon de musique – 0/1 rue Darwin – 75018 Paris – T 01 45 31 18 98

mercredi 2 mars, Paris, Dany Moreuil, Angèle Paoli, Sylvie Saliceti
Poésie en compagnie III : veillée à 19h30, librairie La Lucarne des écrivains, Paris (réservation conseillée)
voir ci-dessus
Librairie La Lucarne des écrivains – 115 rue de l’Ourcq – 75019 Paris – T 01 40 05 91 29

Publicités

LA PETITE LIBRAIRIE DES CHAMPS FETE SES DEUX ANNEES D’EXISTENCE

septembre 16, 2010 § 4 Commentaires

Les 25 et 26 septembre prochains, La Petite Librairie des Champs, fête ses 2 ans d’existence.

On en avait parlé , mais aussi ici, et aussi et  , de La Petite Librairie des Champs.

Deux ans d’existence ça se fête.

Demandez le programme  !

Samedi de 15 à 17 heures, carte blanche aux éditions Du Dessert de Lune, avec les poètes : Anne-Lise Blanchard, Pierre Soletti, Pierre Autin Grenier, Daniel Labedan, Jean-Louis Massot, Sylvie Durbec… lectures brèves.

Puis, de 18 heures à 19.30, lectures des poètes : Marielle Anselmo, Nathalie Riera, Angèle Paoli, en présence d’Hélène Sanguinetti.

Apéritif partagé  avec Aurélia Lassaque, poète.

Dimanche 11 heures: exposition de Sylvie Deparis, plasticienne, Centre Culturel Ste Anne au village, (fléché à partir du carrefour direction Boulbon centre), et ce en présence des poètes Joël-Claude Meffre et Claude-Louis Combet (sous réserve).

repas partagé à la Petite Librairie des Champs

15 heures: lecture des poètes Joël-Claude Meffre et Claude-Louis Combet

16heures 30: lecture des poètes Angèle Paoli et Nathalie Riera, en présence de Marielle Anselmo

goûter…

En attendant, une prochaine actualité Cousu Main qui ne saurait tarder…

Bilan ?

janvier 22, 2010 § 5 Commentaires

JC Bourdais, sur son blog, a repris l’écriture après un mois de silence avec un article intitulé Je ne veux pas que 2010 soit comme 2009 . Nous serions peut-être nombreux à dire la même chose. D’autres pourraient, au contraire, espérer que 2010 soit au moins aussi bien que 2009. Pour savoir ce que l’on peut se souhaiter pour la nouvelle année à peine entamée, il paraît nécessaire de dresser le bilan de 2009 comme l’a fait JCB. En ce qui me concerne, j’ai hésité à me lancer dans l’aventure par peur de constater que j’ai passé 365 jours à procrastiner.

Pour me lancer dans l’exercice du bilan 2009, je vais d’abord m’aider de la grille de JCB.
Évidemment, je ne peux pas commencer comme il l’a fait, lui qui rêve d’aller dans un sous-marin ou monter dans une montgolfière et regrettant une fois de plus de ne pas avoir vécu l’aventure. Moi, ce n’est pas du tout mon truc, mais alors pas du tout. Il n’a pas gagné au loto ? Moi, je n’y joue jamais , donc ne peux pas gagner (car suivant le slogan 100% des gagnants ont tenté leur chance). D’autre part ce dont je ne peux que me féliciter, c’est que contrairement à lui, je ne suis allée à aucun enterrement.
Et puis ça diverge… Il n’a pas aimé Les Onze de Pierre Michon.
Moi, j’ai beaucoup aimé , même si je reconnais m’y être reprise à trois fois avant d’entrer vraiment dans le livre, comme si j’avais ripé sur les premières pages.

Certaines personnes, sur leurs blogs s’amusent à faire les listes des livres lus, films vus etc. pour dresser ce bilan. Pour moi, c’est un exercice impossible car je suis trop désordonnée, lis en vrac, aime ou n’aime pas, en vrac toujours. cimg15991De même pour les films. Il y a les auteurs, les réalisateurs, les mêmes qui m’apportent régulièrement le plaisir de découvrir leur dernier chef d’oeuvre. Rohmer ne le fera plus, les DVD sont là. Agnès Varda, quant à elle, m’a promenée dans ses expositions (1, 2).

Deux livres ont été édités par COUSU MAIN, l’occasion de deux rencontres à mettre dans la colonne des chances inouïes de l’année 2009.
1°) VERTÉBRALES d’Ophélie Jaësan.
2°) Le Lion des Abruzzes d’Angèle Paoli.
Des rencontres avec des mots, des femmes, des amitiés…

Les voyages de l’année 2009 ? Aurillac, Bécon-les-Bruyères, Saint Bonnet de Chirac… Que de l’exotique !

En 2009, je suis devenue prof. Je ne sais toujours pas ce que j’enseigne, mais j’enseigne. Étonnant, non ?

Et puis, il y a eu la vie qui est parfois un fleuve qui sort de son lit. En 2010, on annonce une décrue, paraît-il.

Le Lion des Abruzzes = premières sorties publiques

décembre 12, 2009 § Poster un commentaire

Le Lion des Abruzzes et les autres titres COUSU MAIN seront présents dès aujourd’hui et jusqu’au 23 décembre, au Salon des Éditeurs de Vaucluse à l’Espace du même nom, place de l’Horloge en Avignon. Le lieu sera ouvert pendant cette période, au public, tous les jours de 10h à 19h. Temps fort du jour, l’inauguration officielle à 11h30 : discours + apéritif. (Pour avoir droit à l’apéro, il n’est pas obligatoire d’écouter les discours !)
Autre lieu, où le Lion des Abruzzes sera sur les tables : La Petite Librairie des Champs. pour ce week-end consacré à James Sacré.

La PETITE LIBRAIRIE DES CHAMPS ouvrira ses portes du Samedi 12 Décembre ( de 15 heures à 20 heures) au Dimanche 13 Décembre (de 14 heures à 19 heures) pour une rencontre autour de l’écriture et l’oeuvre de James SACRE
Le samedi à 15 heures: Théâtre d’ombres présenté par des BLEUS ET DES VERS, Trois contes du Maghreb, tout public à partir de 4 ans, (3 € par personne, adultes et enfants)
à 18 heures: Lecture-rencontre « La poésie de James SACRE, un certain regard »…Le poète évoquera l’écriture à travers trois thèmes: la peinture, la couleur, l’écriture…puis, un apéritif-dédicace sera organisé en compagnie de l’auteur
Le dimanche à 11 heures: Ballade dans Boulbon en compagnie de l’auteur et des adhérents de l’association, en vue de la création dans un second temps d’un support texte, images, photos,..La Petite Librairie se lance dans un nouveau projet « promenade avec…un auteur, une couleur… » à l’occasion de la venue de James SACRE. Cette fois, ce sera donc « promenade avec James SACRE, rouge »…Vous pouvez amener avec vous du papier pour écrire et un peu de matériel pour dessiner…
Puis repas partagé à la petite librairie des champs…
à 15 heures: Lecture par James SACRE de sa poésie en direction de la jeunesse.
Durant ces deux jours, la petite librairie des champs proposera à la vente, comme à son habitude, des livres et recueils de poésie, avec cette fois, une table dédiée à James SACRE, des livres de nombreux éditeurs dont Cousu Main…

Pour cette occasion exceptionnelle Angèle Paoli, l’auteure du Lion des Abruzzes, quittera son île et nous rejoindra. Photo Guidu Antonietti di Cinarca.

Le lion des Abruzzes – Angèle Paoli

décembre 7, 2009 § 6 Commentaires

Elle

avait tout oublié
de ce jour
tout ou presque
Et c’était février
le temps des fièvres
froides
des lumières
filandreuses
filtrant
d’entre les doigts nus
des platanes
c’était le temps du Tibre
roulant des eaux
brumeuses
sur les berges
c’était le temps
des journées brèves
où courir les rues
de la ville
se heurte aux limites
de la nuit
tôt tombée

C’est le début du long poème d’Angèle PAOLI, intitulé Le Lion des Abruzzes, édité chez Cousu Main.

Angèle Paoli est née à Bastia en 1947. Après avoir enseigné la littérature française et l’italien en Picardie, elle vit actuellement dans le Cap Corse, où elle développe Terres de femmes, la revue « littéraire artistique et cap-corsaire », créée en décembre 2004 avec Yves Thomas et Guidu Antonietti di Cinarca. Elle publie aussi dans les revues Pas, (Editions Laurence Mauguin), Faire-Part, Europe, Siècle 21, La Revue des Archers, Thauma, Nu(e)…

    • Noir Ecrin, A Fior di Carta, Barrettali (Haute-Corse), 2007
    • Manfarinu, l’âne de Noël, A Fior di Carta, Barrettali (Haute-Corse), 2007
    • À l’aplomb du mur blanc, livre d’artiste illustré et réalisé par Véronique Agostini, éditions Les Aresquiers, Frontignan, 2008
    • Lalla ou le chant des sables, récit-poème, éditions Terres de femmes, Canari (Haute-Corse), 2008
    • Corps y es-tu ?, livre d’artiste illustré et réalisé par Véronique Agostini, éditions Les Aresquiers, Frontignan, mai 2009

    Les photographies sont de Guidu Antonietti di Cinarca. Il est architecte, plasticien et photographe à Aix en Provence.

    LE LION DES ABRUZZES Angèle Paoli. Photographies Guidu Antonietti di Cinarca.
    12 pages nouées par un ruban.
    ISBN : 2-918958-00-0
    6 € (franco de port)
    Chèques à l’ordre de Cousu Main
    11 rue des Trois Faucons
    84 000 Avignon.

Lalla et le territoire cheyenne

septembre 29, 2009 § 1 commentaire

Deux jours passés avec Angèle Paoli à parler de soi, de la poésie, de la vie, à arpenter les rues dans la douceur de cet automne qui se la joue été-qui-n’en-finit-pas. C’était la première fois que nous nous rencontrions dans la « vraie vie » après avoir eu de longs échanges sur internet, avec nos blogs respectifs ( le sien = TERRES DE FEMMES). Nous avons élaboré un projet dont je reparlerai bientôt ici.CIMG1916 Elle m’a offert son livre Lalla ou le chant des sables.

Elle était partie de là-bas, du fin fond des terres calcinées de la montagne, en amont du désert d’Anabar.

C’est le récit-poème qui raconte comment une femme, Lalla, quitte ce qui lui est familier, une maison…

Elle s’était déplacée, nus pieds sur les tomettes rouges vernissées…. Elle avait jeté un dernier regard sur le patio orné d’azulejos, et sur la glycine qui courait le long des balcons en terrasse.

…pour rejoindre le désert, non pour fuir l’humain mais en quête d’un absolu.

Le désir de désert avait repris la jeune femme, elle sentait en elle une ardeur inconnue qui la poussait au-delà, toujours plus au-delà d’elle-même et de ses propres forces.

Avec une écriture rythmée par la marche, Angèle Paoli inscrit nos pas de lecteurs dans ceux de Lalla jusqu’

À l’aube,(où) le souffle déjà chaud du simoun l’emporta dans son chant.

Ce très bel ouvrage avec en couverture une photo de Guidù Antonietti di Cinarca a été tiré à quatre-vingt exemplaires numérotés et signés (par l’auteur). On peut se le procurer à l’adresse suivante : Terres de Femmes, 20217 Canari. au prix de 20 € +2,50 € de frais de port.

Aujourd’hui, nos pas nous ont entraînées, naturellement vers une librairie. On cherche, on trouve parfois, pas toujours de que l’on cherchait. C’est ainsi que je suis tombée sur En territoire cheyenne d’Éric Chevillard , illustré par Philippe Favier, chez Fata Morgana. CIMG1917Que c’est agréable de faire des découvertes pareilles, alors qu’on ne s’y attend pas. Depuis presque six mois, ce livre d’Éric Chevillard existait et je ne le savais pas. D’où l’utilité d’aller dans les librairies. Internet, c’est bien mais pas très surprenant, il est difficile d’y circuler entre les rayons, d’y fouiller, de feuilleter de poser ou emporter. Sur internet on sait ce qu’on veut à l’avance, on clique, et c’est finit.
Ce livre commence ainsi …

Je ne commettrai pas l’erreur de Rimbaud et de tant d’autres dont la trace si souvent se perd : je ne marche plus que sur du ciment frais.

Je n’en dirai pas plus car il faut prendre le temps de découper les page, de prolonger ce plaisir.
Une amie me disait qu’elle s’amusait à faire rapidement tous les soirs un bilan de sa journée, juste pour sentir qu’elle avait avancé. Ce soir, si je m’amuse à ce jeu je peux dire : deux livres, deux beaux objets, deux textes dont un encore à découvrir… Parfois il ne faut pas plus pour voir le monde en bleu.

Où suis-je ?

Entrées taguées Angèle Paoli sur Cousu main.