Vertébrales

mars 31, 2011 § 3 Commentaires

C’est, entre autres, un extrait d’un texte édité par Cousu Main qui a été choisi par Martin Rass et l’association culturelle de la faculté des lettres et des langues de Poitiers afin de figurer sur des cartes postales faites à l’occasion de la manifestation Campus Festival. C’est un extrait de cet ouvrage paru en 2009, VERTÉBRALES d’Ophélie Jaësan.

L’arbre a trouvé son espace à habiter,
les branches dirigées vers le ciel
et les racines enfouies profondément dans la terre.
Il a l’évidence d’être là.

Un pont vertical.

L’homme, lui cherche encore cet espace.


Un extrait supplémentaire pour les lecteurs du blog :

Ecrire dans l’interface douloureuse
d’un temps
suspendu à l’immobilité du corps comme
un linge mouillé à la peau.

Solitude de celui qui écrit
sans bruit au coeur même du fracas
des vies qu’il décrit et qui soudain se brisent.

***

Je découds le fil de plomb que me  suis collé au sang.

 

La vie des mots d’un poète est bien plus longue que le temps de l’euphorie de la sortie du recueil. Des lecteurs bienveillants et attentifs sont là pour nous le rappeler et c’est bien.

Les photos de l’ouvrage paru chez Cousu Main sont de l’auteure, Ophélie Jaêsan, celle de la carte postale est de Yvain Michaud.

Un cadeau Cousu Main

décembre 12, 2010 § 1 commentaire

À quelques jours de Noël, on peut passer commande…

3
Bref traité de dégrisement
Territoires de la folie
Vertébrales
Le lion des Abruzzes
Moi, je suis quand même passé
Le noir dedans

Cousu Main

11 rue des 3 Faucons

84 000 Avignon

LA PETITE LIBRAIRIE DES CHAMPS FETE SES DEUX ANNEES D’EXISTENCE

septembre 16, 2010 § 4 Commentaires

Les 25 et 26 septembre prochains, La Petite Librairie des Champs, fête ses 2 ans d’existence.

On en avait parlé , mais aussi ici, et aussi et  , de La Petite Librairie des Champs.

Deux ans d’existence ça se fête.

Demandez le programme  !

Samedi de 15 à 17 heures, carte blanche aux éditions Du Dessert de Lune, avec les poètes : Anne-Lise Blanchard, Pierre Soletti, Pierre Autin Grenier, Daniel Labedan, Jean-Louis Massot, Sylvie Durbec… lectures brèves.

Puis, de 18 heures à 19.30, lectures des poètes : Marielle Anselmo, Nathalie Riera, Angèle Paoli, en présence d’Hélène Sanguinetti.

Apéritif partagé  avec Aurélia Lassaque, poète.

Dimanche 11 heures: exposition de Sylvie Deparis, plasticienne, Centre Culturel Ste Anne au village, (fléché à partir du carrefour direction Boulbon centre), et ce en présence des poètes Joël-Claude Meffre et Claude-Louis Combet (sous réserve).

repas partagé à la Petite Librairie des Champs

15 heures: lecture des poètes Joël-Claude Meffre et Claude-Louis Combet

16heures 30: lecture des poètes Angèle Paoli et Nathalie Riera, en présence de Marielle Anselmo

goûter…

En attendant, une prochaine actualité Cousu Main qui ne saurait tarder…

Ophélie Jaësan

décembre 19, 2009 § Poster un commentaire

Sur le site de FR3, un bel article sur le dernier livre d’Ophélie Jaësan paru chez Actes Sud, Iceberg Memories. Comme elle est aussi, une auteure Cousu Main, avec son très beau Vertébrales, je reproduis l’article ici.« 

Iceberg memories » : l’Argentine en mémoire
Par Anne BRIGAUDEAU

Bouleversant roman que cet « Iceberg memories », oeuvre coup de poing, tout juste parue chez Actes Sud
Quatre voix de femmes (Mona, ses deux filles Lisa et Katia, et sa soeur Luisa) racontent une histoire et une seule, celle d’une disparition.

Ce drame imaginaire s’inscrit dans la terrible lignée des vies brisées par la dictature des généraux en Argentine (1976-1983).
Mais il est aussi l’histoire singulière de deux soeurs, d’un exil et d’un départ sans retour.

Pourquoi la dictature argentine, plutôt qu’une autre ?
Comment Ophélie Jaësan, 31 ans, a-t-elle commencé à écrire ? Lorsqu’elle vivait dans le sud de la France, plus jeune, elle avait envoyé à Hubert Nyssen ses premiers poèmes. Et le fondateur d’Actes Sud l’a poussée à écrire un roman. « Je ne suis pas romancière », lui avait-elle dit. « Mais si », avait-il répondu. Il avait raison.

L’auteure ne s’est jamais rendue en Argentine, sujet de son second roman. Mais elle a avalé une « somme astronomique » de lectures, récits, archives du « Monde », sans compter les oeuvres des plus grands écrivains de ce pays d’Amérique latine: Jose Luis Borges, bien sûr, mais aussi l’immense poète Roberto Juarroz (« Les noms qui peuplent notre vie nous consolent peut-être de ce qui manque au centre exact de toute chose », « Poésie verticale »).

Pourquoi a-t-elle choisi d’écrire sur cette terre si lointaine, et sur cette dictature-là ? « Parce que », nous-a-t-elle répondu, « plus encore qu’au Paraguay ou en Uruguay », également confrontés à des régimes sanglants, « il y a eu non seulement la volonté de tuer les opposants, mais de faire disparaître leurs traces » : »ils commençaient par les dépouiller de leur nom. C’était la mort sociale avant la mort physique. »

Où passe la haine ?
Des disparitions qui continuent, longtemps après, à questionner les vivants. « Comment les morts nous hantent-ils ? », se demande la romancière. « Et où passe la haine ? Où est passée la haine de la seconde guerre mondiale, la haine qui animait les dictatures ? Elle continue, ailleurs. » Et la romancière de rappeler, comme dans son livre, que les méthodes cheminent de pays en pays. Il y a une internationale de la torture, et de la répression, une sombre chaîne dont la France n’est pas absente. Se souvient-on que les généraux argentins s’inspiraient des méthodes de l’armée française en Algérie, quand ils balançaient dans la mer les cadavres des opposants ?

Dans sa ville de Nantes, Ophélie Jaësan qui se consacre exclusivement à l’écriture et à ses deux filles, de 7 ans et 16 mois, s’attelle désormais à son troisième roman. D’avance, on a envie de le recommander tant on a été séduit par celui-ci, bref comme une nouvelle, violent comme une tragédie.

-> « Iceberg memories » Ophélie Jaësan (Actes sud)

Écouter Ophélie Jaësan… et la lire aussi.

décembre 3, 2009 § 1 commentaire

Pour ceux qui n’auraient pas pu écouter, aujourd’hui, À PLUS D’UN TITRE avec Ophélie Jaësan, vous pouvez vous rattraper en cliquant ICI.
Un petit rappel, Vertébrales d’Ophélie Jaësan est en vente par correspondance :VERTÉBRALES d’Ophélie Jaësan
12 pages
ISBN : 2-9523435-9-4
6€ franco de port.
Chèque à l’ordre de Cousu Main à envoyer à l’adresse suivante :
11 rue des trois faucons 84000 Avignon

Question de patienter en attendant une très prochaine parution…

Ophélie Jaësan sur France Culture

novembre 26, 2009 § 4 Commentaires

Nous sommes très fiers des auteurs « maison » et les suivons dans leur vie littéraire avec enthousiasme. Ophélie Jaësan dont nous avions édité de la poésie (VERTÉBRALES) vient de sortir un roman chez Actes Sud (le second), Iceberg Memories..
Elle participera, le jeudi 3 décembre à l’émission sur France-Culture : A plus d’un titre, avec Tewfik Hakem.

Invitations

mai 25, 2009 § 4 Commentaires

Voici une invitation à venir nous rencontrer invitationprefecture
et une invitation à lire ce bel article sur Vertébrales d’Ophélie Jaësan, ici

Où suis-je ?

Catégorie Vertébrales sur Cousu main.