L’idiot de Pierre Léon

mai 14, 2009 § 3 Commentaires

Gaff18040273032351À l’heure où débute le 62ème Festival de Cannes, loin des strass et des paillettes, je voudrais parler d’un film modeste, artisanal, mais dont la magie ne s’exerce pas moins sur les spectateurs (trop rares) que nous étions hier soir dans une salle d’Utopia. Mon propos n’est pas de mettre en opposition le cinéma fait par ce qu’on appelle « une industrie » et l’autre, confidentiel, parfois chaotique. La cinéphilie ne se met pas se type de frontières. Mais, je voudrais faire fonctionner le bouche à oreille, internet rapprochant les bouches des oreilles avec une étonnante facilité, pour parler du film de Pierre Léon : L’idiot.

Pierre Léon est d’origine russe, né à Moscou en 1959. C’est lui qui s’est « attaqué » à l’adaptation du roman de Dostoïevski. Enfin, disons qu’il en a choisi un passage, une soirée chez Natassia Philiopovna (Jeanne Balibar, magnifique !), un huis-clos où vont se dévoiler les âmes des protagonistes, d’abord grâce à un jeu (un jeu bête, j’en conviens) où chacun devra raconter, quand son nom écrit sur des petits papiers sera tiré au sort, le pire acte de sa vie. Pour plomber une ambiance, il n’y a pas mieux ! Ce petit jeu va lancer la tragi-comédie qui va suivre, « le dénouement  » comme dit à plusieurs reprises Natassia, comme pour l’appeler des ses voeux.G18040_1457306065 Les dialogues sont incisifs ( de Dostoïevski, lui-même, respectés à la lettre), les visages sont filmés au plus près (le plateau de tournage étant un appartement et tous les acteurs n’étant pas présents au même moment, Pierre Léon a su transformer ces contraintes en atout ), dans un noir et blanc pur, léger. Malgré l’étroitesse de la scène (un boudoir cosy), les acteurs ne sont pas figés, au contraire, on a une impression paradoxale de mouvement qui accompagne celui des mots.
Le film ne dure 1h01. À plus d’une heure, on dit que c’est un long-métrage, puisqu’il faut bien classer tout ça. L’entrée est à tarif réduit de ce fait. Mais, j’ai qualifié ce film d’OCNI (Objet Cinématographique Non Identifié), tant il est différent. Une fabrication avec les moyens du bord mais un talent, une originalité qui en font un grand film.
C’est ça aussi le cinéma et j’aime ça.

Avec : Jeanne Balibar, Laurent Lacotte, Sylvie Testud, Bernard Eisenschitz, Pierre Léon, Jean Denizot, Serge Bozon, Vladimir Léon, Renaud Legrand, Martial Salomon…
J’oubliais ! Télérama n’a toujours rien compris au cinéma…

Publicités

Tagué :, , , , , , , , ,

§ 3 réponses à L’idiot de Pierre Léon

  • juliette dit :

    philippovna-balibar, mon sang ne fait qu’un tour, faut que je vois ça ! peut-être qu’à la médiathèque.. La philppovana est carrément fascinante (et très énervante (et d’autant plus fascinante) dans son obstination masochiste), elle est venue hanter récemment ma dixième voix.

  • merci du conseil – je vais voir s’il passe à une heure possible la semaine prochaine

  • cousumain dit :

    @ Juliette : téléscopage des idées ? Hasard objectif ? Comment appeler ça ?
    @ Brigetoun : allez courage courez jusqu’à Utopia ! Vous ne le regretterez pas.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement L’idiot de Pierre Léon à Cousu main.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :