Vila-Matas joue aussi à « Longtemps je me suis couché de bonne heure. »

mars 23, 2009 § 5 Commentaires

portada-dietario-volubleDans le son Journal Volubile (Dietario voluble), Enrique Vila-Matas parle des première phrases de romans. Dans la règle du jeu Longtemps je me suis couché de bonne heure j’avais cité à titre d’exemple, deux premières phrases notables. En fait, il en manquait une… Voici ce que Vila-Matas écrit :

…il n’y avait pas deux phrases qui étaient à la fois extrêmement simples et les meilleures de toute l’histoire du roman français, mais trois. La troisième est de Louis-Ferdinand Céline, au début du Voyage au bout de la nuit : « Ça a débuté comme ça. »
« Ça a débuté comme ça. », n’est-ce pas la manière la la plus littérale de commencer ? cela dit le début de Céline n’est simple qu’en apparence. En fait, si on dit cette phrase à voix haute comme si c’était une semonce, on croit entendre un crachat et, dans son violent mépris envers tout, elle résume admirablement le roman tout entier.

Publicités

Tagué :, , , , ,

§ 5 réponses à Vila-Matas joue aussi à « Longtemps je me suis couché de bonne heure. »

  • PAG dit :

    Ah, Louis-Ferdinand!
    La plus petite phrase pour ouvrir le plus grand roman français du XX° siècle!

    Quoique « Nous voici encore seuls. » nest pas mal non plus pour entamer « Mort à crédit » et que le roman lui-même, à mon sens, vaille bien Le Voyage.

    De toute façon, Céline, faut TOUT lire.

  • Pradoc dit :

    A mes yeux, la palme revient à Molloy de Beckett avec « Je suis dans la chambre de ma mère, c’est moi qui y vis maintenant. »
    Dans cet incipit, on sent toute la modernité d’un nouveau code romanesque.

    Sinon, beau commentaire de Vila-Matas, un excellent auteur au demeurant.

  • contumace dit :

    au demeurant …çà fait bien sourire…la bouche en cul de poule…heureux de vous lire annoncant le bon ton du moment!!! La crise n’est pas pour tout le monde!

  • chauché dit :

    Belle question que celle de la première phrase d’un livre, qu’il s’affiche comme  » romanesque  » ou non, certes elle éclaire ce qui suivre, mais aussi ce qui fût avant d’être jeté sur la feuille, il en va de même de la musique, c’est éclatant dans les Suites de Bach, la première phrase musicale, ouvre sur celles qui vont venir mais aussi sur ce que le musicien a écrit  » avant « . La première phrase pourrait être ainsi la mémoire d’une oeuvre en mouvement, entre ce qui est visible et ce qui pour mille raisons ne l’est pas.
    Je vous livre ici quelques premières phrases :
    –  » Le Premier trait d’habileté dans un grand homme est de bien connaître son propre fonds, afin d’en ménager l’usage avec une sorte d’économie.  » Le Héros / Baltasar Gracian y Moralès
    –  » En ce jour parfait où tout mûrit – et le raisin n’est pas le seul à se dorer – un rayon de soleil vient de tomber sur ma vie : j’ai regardé en arrière, j’ai regardé devant moi, et jamais je n’ai vu d’un seul coup tant ni de si bonnes choses.  » Ecce Homo / Friedrich Nietzsche
    –  » Pour parler franc, là entre nous, je finis encore plus mal que j’ai commencé…  » Louis-Fernidand Céline
    –  » Combien de fois me suis-je trouvé en situation de reprendre, et dans sa forme même, la question que, dans les années 1870, Rimbaud pose à Ernest Delahaye :  » Qu’est-ce qu’il a ton pays ? ‘l’est malade ?  » Rimbaud en son temps / Marcelin Pleynet
    –  » Au milieu du chemin de votre vie / je me retrouvai par un forêt obscure / car la voie droite était perdue.  » La Divine Comédie / L’Enfer / Dante

    Bien à vous

    Philippe C.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Vila-Matas joue aussi à « Longtemps je me suis couché de bonne heure. » à Cousu main.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :