Mallarmé, Avignon et Igitur (l’enquête continue)

février 15, 2009 § 5 Commentaires

cimg1545

« LE POÈTE STÉPHANE MALLARMÉ PROFESSEUR AU LYCÉE HABITA CETTE MAISON DE 1867 À 1871 »

Cette maison se situe au 8 de la rue du Portail Matheron et est dite « la maison du crime » car en 1802, une certaine Catherine Pical et sa fille aînée furent assassinées par une ancienne domestique. cimg1547 La maison qu’occupèrent Stéphane Mallarmé, sa femme et sa fille ne donne pas sur la rue mais se trouve tout au fond de la cour. Il y installe un hamac sous la treille et y écrit la première version du sonnet en -yx.

Ses purs ongles très haut dédiant leur onyx,
L’Angoisse, ce minuit, soutient, lampadophore,
Maint rêve vespéral brûlé par le Phénix
Que ne recueille pas de cinéraire amphore

Sur les crédences, au salon vide : nul ptyx
Aboli bibelot d’inanité sonore,
(Car le Maître est allé puiser ses pleurs au Styx
Avec ce seul objet dont le Néant s’honore.)

Mais proche la croisée au nord vacante, un or
Agonise selon peut-être le décor
Des licornes ruant du feu contre une nixe,

Elle, défunte nue en le miroir, encor
Que, dans l’oubli formé par le cadre, se fixe
De scintillations sitôt le septuor.

C’est dans cette maison qu’il écrivit aussi Igitur.

Publicités

Tagué :, , , ,

§ 5 réponses à Mallarmé, Avignon et Igitur (l’enquête continue)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Mallarmé, Avignon et Igitur (l’enquête continue) à Cousu main.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :