Où j’ai vu Sophie Calle ou presque…

mars 31, 2008 § 13 Commentaires

À défaut de rencontrer Sophie Calle au Flore (je ne suis pas Enrique Vila-Matas, vous l’avez remarqué) je suis allée voir son exposition à la Bibliothèque nationale de France, site Richelieu, Prenez soin de vous.

exposition_825_1.jpg C’est l’exposition qui était à Venise lors de la dernière Biennale, l’été 2007. Pour résumer, une fois de plus, Sophie se fait plaquer et comme pour Douleur Exquise dont je parlais récemment, elle décide de soigner son chagrin d’amour en le transformant en oeuvre d’art. Elle n’a pas de chance, Sophie, car elle tombe toujours sur des lâches. Dans Douleur Exquise, le compagnon du moment s’était inventé un accident pour excuser le fait qu’il n’avait pas honnoré un rendez-vous. Le dernier, lui, choisit de rompre en lui envoyant un e-mail. Il commence ainsi :

Cela fait un moment que je veux vous écrire et répondre à votre dernier mail. En même temps, il me semblait préférable de vous parler et de dire ce que j’ai à vous dire de vive voix.
Mais du moins cela sera-t-il écrit.

Il termine par cette phrase assasssine :

Prenez soin de vous.

Alors, Sophie, la femme trahie, abandonnée décide de relever la tête et d’aller demander à 107 femmes d’interpréter le fameux e-mail, « interpréter » dans tous les sens du terme. Certaines de ses femmes, suivant leurs métiers, leurs penchants ont analysé l’e-mail, son contenu. C’est le cas, par exemple, d’une juristes, une voyante, une psychanalyste etc… D’autres, des actrices, des chanteuses ont joué ou chanté la prose de l’homme lâche. cimg0998.jpg
L’exposition est installée dans la salle Richelieu de l’ancienne Bibliothèque Nationale. C’était la première fois que j’entrai dans ce lieu. Sophie Calle avait demandé à Bruno Racine d’exposer ici, car son oeuvre n’était pas que visuelle, mais aussi littéraire. Dans cette salle, sont installés des écrans, des panneaux avec des textes, des photos .cimg0999.jpg Alors, on se déplace dans ce lieu comme si l’on feuilletait un livre. Sauf, qu’on ne feuillette pas un livre et qu’on aimerait bien pouvoir le faire. Je m’explique : consulter tranquillement le catalogue de l’expo chez soi serait plus profitable, surtout que celui-ci contient aussi quelques DVD des vidéos. En effet, la salle Richelieu étant vide de livres, l’accoustique est très mauvaise, les vidéos, les voix des visiteurs résonnent et créent une cacophonie assez pénible. On n’entend plus ce qui se passe sur les écrans, sauf pour certaines…cimg1001.jpg Arielle Dombale est suffisamment hystérique pour hurler un « Prenez soin de vous » audible. Par contre, Jeanne Moreau n’est pas audible dans ce vacarme et je trouve que c’est vraiment dommage.
Les documents sont accrochés très haut cimg1002.jpg sur les murs et cet emplacement nuit à une lecture attentive.
J’avais vu l’exposition Douleur Exquise, il y a quelques années à Beaubourg. L’installation était simple et claire. Elle permettait de suivre aisément l’évolution de son histoire. Pour Prenez soin de vous, il est difficile d’entrer dans l’oeuvre à cause du parcours chaotique et bruyant. Dommage.

Publicités

Tagué :, ,

§ 13 réponses à Où j’ai vu Sophie Calle ou presque…

  • Sophie Calle, Patti Smith…

    Je savais bien que tout ne nous opposait pas…

    Merci pour ce billet.

  • gilda dit :

    C’est très amusant ce que vous jugez cacophonie et qu’on n’entendait rien au contraire j’ai trouvé ça formidable tous ces murmures qui nous saisissent en entrant. Et qui expriment si bien ce désarroi qu’on a quand on nous a quittées et qu’on ignore pourquoi.

    Si on s’assoit devant les écran, on entend très bien ce qui s’y dit, même pour celles qui ne clament pas ce « prenez soin de vous » que vous jugez assassin, et qu’on peut estimer comme tel si on le croit rudement ironique mais que je voyais plutôt comme la marque d’un souhait paradoxal, d’un aveu d’impuissance (eût égard à ce qui précède dans le mail si étrange de celui qui quitte sans paraître totalement persuadé qu’il a bien fait).

    J’ai trouvé que les lieux et l’expo se mariaient à merveille. D’ailleurs je pense que j’y retournerai pour mieux en profiter (la fin de la visite m’a été gâchée par un chagrin personnel que l’une des 107 participations avait réveillé).

  • Magda dit :

    Bonjour Cousumain!

    Je n’ai pas encore vu l’expo, mais je vais y courir… je suis une grande fan de la dame. Ce que vous en dites me refroidit un poil, mais bon, les expos de Calle sont trop rares!

  • Olivier SC dit :

    Ton article vient d’être mentionné dans la Cheklist des abonnés au Monde 😉

  • Caroline dit :

    Non ! Il ne faut pas se laisser refroidir. Moi, fan, j’aurais espéré mieux. J’aimerais bien savoir comment c’était à Venise. Je n’ai pas pu y aller…

  • Caroline dit :

    Pour Olivier, c’est pour ça que j’ai autant de visiteurs ?

  • karlatone dit :

    moi aussi, j´aurais aimé voir l´expo à Venise. Ce dommage ce que tu raccontes ici, sur l´acoustique de la salle et les formats peu accésibles.

    J´aime bien ta première photo, sa composition.

    Pour les gens qui n´ont pas le catalogue, je vous laisse une chouette version éléctronique chez actes sud (pour tourner les pages du catalogue (vous cliquez sur l´extreme droit inferieur du livre et puis, la page se tourne magiquement!!! )

    http://www.actes-sud.fr/pg/calle/extraits.php

    bises caro!

    k

  • karlatone dit :

    ps. je voulais dire: C´est dommage! au lieu de ce dommage…

  • brigetoun dit :

    je pense que j’aurais aimé visiter la salle, et que ma foi l’exposition l’animait avec assez de décalage pour la mettre en valeur
    (j’ai toujours un peu de mal avec Sophie Calle, le temps d’arriver à gommer l’anecdote pour ne plus m’intéresser qu’à la façon dont elle le traite. Mais même alors, désolée, je ne suis qu’une imbécile, elle me lasse et je dois me pincer pour avoir une réaction

  • brigetoun dit :

    je vois le premier commentaire : par contre je regrette bien de ne pas voir celle de Patty Smith

  • Georges dit :

    Bonjour, il se trouve que j’ai écrit quelque chose aussi sur l’exposition de Sophie Calle. Je suis aussi sévère que vous mais… pas pour les mêmes raisons… Voici le lien, à toutes fins utiles!
    http://lesliaisonsdangeureuses.blogspirit.com/archive/2008/06/04/dephasages-culturels.html

  • Gicerilla dit :

    Décidément n’aura-t-elle pas réussi son coup (version l’anglaise s’il vous plait) ? Non contente d’envahir les média, relais complaisants parfois, voilà qu’elle colonise la bloggosphère. Tous n’y sommes-nous pas allés de notre post et autre commentaire ? Bien joué quand même….

    http://gicerilla.hautetfort.com/archive/2008/06/21/elle-eloge-de-la-rupture.html

  • Gicerilla dit :

    @ Georges : dommage qu’il faille être autorisée pour vous lire. J’étais intéressée de connaitre votre point de vue mais Les laisons dangereuses me sont refusées…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Où j’ai vu Sophie Calle ou presque… à Cousu main.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :